L'aPPROCHE

Clics

L’ANDCMD ou Approche Non Directive Créatrice est une approche relationnelle fondée sur la communication authentique. C’est une manière d’être transposable et utile dans la vie de tous les jours qui permet d’améliorer la relation à soi et aux autres, quel que soit le contexte, personnel ou professionnel. 

Devenir thérapeute selon l’ANDCMD, c’est faire le choix de devenir un spécialiste de la relation humaine et de la relation d’aide. Le rôle du thérapeute ANDCMD est de faire vivre à l’aidé, ici et maintenant, l’expérience d’une relation bienveillante et accueillante de ce qu’il est et de lui apprendre à se créer une relation satisfaisante avec lui-même, avec les autres et avec le monde.    

COLETTE Portelance,

la creatrice de l’ANDCMD

Thérapeute en Relation d’Aide et pédagogue, Colette Portelance détient un doctorat en sciences de l’éducation de l’Université de Montréal et de l’Université de Paris.

Auteure et conférencière réputée, elle a créé l’ensemble des programmes de formation professionnelle du Centre de relation d’aide de MontréalMD et de l’École internationale de formation à l’ANDCMD, dont elle est la cofondatrice avec François Lavigne.

Thérapeute chevronnée, elle a développé ses propres conceptions psychopédagogiques et psychologiques de la relation d’aide, qu’elle a élaborées dans la création d’une nouvelle approche : l’Approche non directive créatrice MD, approche dont il est question dans ses nombreux ouvrages.

Spécialiste de la communication et des relations humaines, Colette Portelance est connue et reconnue pour son authenticité, son respect profond de la personne et sa grande capacité à favoriser l’exploitation des ressources personnelles et professionnelles.

*François Lavigne est détenteur d’une maîtrise de l’éducation de l’université de Montréal, une licence et une maîtrise en psychologie clinique ainsi qu’un diplôme d’études supérieures spécialisées en psychopathologie clinique de l’université de Paris.

Une démarche avec l’ANDCMD conduit à la connaissance et à l’acceptation de soi, favorise un changement créateur par la récupération du pouvoir sur sa propre vie et le passage à l’action pour s’occuper de ses besoins, dans le respect de son rythme, de son unicité. La mise en lumière de ses fonctionnements relationnels insatisfaisants, de ses obstacles à communiquer authentiquement, tout autant que de ses ressources et mécanismes facilitateurs, porteurs de satisfaction, aide l’aidé à avancer vers une plus grande liberté, plus d’autonomie, de confiance en soi, de bien-être et de créativité.

Rogers et Portelance

S’inspirant du concept de non-directivité mis en lumière par Carl Rogers (1902-1987), Colette Portelance a créé l’ANDC® en 1989.

Cette approche aborde la personne dans sa globalité et se situe dans le sillage des thérapies  humanistes. C’est un processus d’harmonisation de la tête, du corps et du cœur. Il s’agit d’une approche thérapeutique relationnelle de nature affective, où le terrain d’échange entre thérapeute et client fournit à ce dernier la possibilité de faire une expérience relationnelle positive et transformatrice, qui l’aide à développer plus de maturité émotionnelle et d’autonomie.

LA THÉRAPIE EN RELATION D’AIDE

Dans son accompagnement, le thérapeute en relation d’aide formé à l’ANDCMD doit faire preuve :

  • d’une attitude ouverte, sans préjugé ni a priori, soit une manière d’être et de faire qui soit un encouragement continu à l’expression spontanée du client,
  • d’une attitude de non-jugement qui permet un accueil sans critique, sans culpabilisation, ni conseils,
  • d’une attitude de non-directivité qui donne au client l’initiative complète dans sa présentation du problème, dans son itinéraire et dans son rythme d’évolution,
  • d’un intérêt sincère à comprendre et découvrir l’univers de son client, c’est-à-dire à saisir les significations que la situation a pour lui,
  • d’un engagement à entretenir avec son client une relation affectivement investie, c’est-à-dire où le thérapeute se donnera la liberté de vivre et d’exprimer ses propres émotions en lien avec son client et où celui-ci pourra faire l’expérience d’une relation professionnelle authentique, saine et transformatrice,
  • de la capacité à assumer l’autorité requise à la conduite de la thérapie au niveau du « contenant », c’est-à-dire des règles qui entourent et encadrent le processus thérapeutique.

Par son attitude, son écoute et ses interventions, le thérapeute en relation d’aide accompagne son client dans la reconquête du pouvoir sur sa vie. Celui-ci peut progressivement s’accepter et assumer la responsabilité de ce qu’il vit et de ses besoins.

Cette capacité à se responsabiliser (qui ne doit pas être confondue avec la notion de faute ou de culpabilité) le conduit vers plus de liberté intérieure et d’épanouissement.

Les membres de l’Association Européenne des Thérapeutes en Relation d’Aide selon l’ANDC® ont tous reçu une formation de base de 1250 heures et ont été diplômés, soit par le Centre de Relation d’Aide de Montréal® (CRAM), soit par l’Ecole Internationale de Formation à l’ANDC® (EIF).

Les membres de l’AETRA-ANDC suivent un travail individuel de thérapie en relation d’aide pour eux-mêmes et sont supervisés régulièrement dans l’exercice de leur pratique. Ils poursuivent leur formation par des programmes de formation continue agréée par l’Association, soit en Europe (EIF), soit au Québec (CRAM®).

Vous trouverez dans l’annuaire les coordonnées des thérapeutes en relation d’aide membres de l’AETRA-ANDC avec mention de leur spécialité le cas échéant.

La THERAPIE

Elle a pour objet d’accompagner le client dans l’expression des difficultés qu’il peut rencontrer  dans sa vie. Grâce à l’écoute profondément humaine, au respect et aux interactions professionnelles du thérapeute, le client découvre ses forces et de nouveaux moyens favorisant son mieux-être.

La durée d’une thérapie peut varier de quelques semaines à plusieurs années. Le bon déroulement de la thérapie dépend également de la dynamique relationnelle qui se crée entre le thérapeute et son aidé.

Il est donc important, lors du choix du thérapeute, que le client se sente en confiance avec lui.

Seuls les thérapeutes en relation d’aide ayant reçu la formation complète nécessaire et s’engageant à respecter le Code de Déontologie de l’AETRA sont qualifiés pour accompagner un cheminement en relation d’aide par l’ANDCMD.

Au cours des séances qui ont lieu à intervalles réguliers, le thérapeute en relation d’aide invite son client :

  • À parler de ce qu’il vit et de la manière dont il le vit.
  • Par la technique de la reformulation, le thérapeute amène son client à prendre progressivement conscience de son vécu (ses émotions, ses sentiments, ses peurs) relié aux événements de sa vie ou à ce qui survient durant la séance, en relation avec le thérapeute.

Le thérapeute en relation d’aide s’investit pleinement dans cette relation affective professionnelle en interagissant si nécessaire. Il permet ainsi à son client d’expérimenter une relation saine et authentique, de mieux se connaître, de mieux s’apprécier, ce faisant, de développer des relations nettement plus satisfaisantes pour lui-même et avec les autres.

Le thérapeute en relation d’aide accompagne son client dans les différentes étapes du processus de changement créateur (Colette Portelance – Relation d’aide et amour de soi. Les Editions du CRAM, Montréal). Chapitre 4, pp 289-353), qui sont :

  • Une prise de conscience personnelle de ses fonctionnements.
  • L’acceptation de ce qu’il est
  • La responsabilité (de ce qu’il vit, de ses besoins, etc.)
  • L’expression de son monde intérieur, de ses émotions.
  • L’observation de soi dans ce processus de changement.
  • Le choix de mécanismes de protection.
  • Le passage à l’action créatrice.
  • Une meilleure connaissance de soi,
  • La prise de conscience et l’acceptation de ses souffrances, de ses mécanismes de défense, de ses limites,
  • La guérison progressive de ses zones sensibles,
  • Une plus grande responsabilité face à ses malaises et ses besoins fondamentaux, et donc plus de pouvoir sur sa vie,
  • Une aide à identifier ses ressources, ses besoins fondamentaux et des moyens pour les satisfaire,
  • Une relation à soi-même et aux autres plus profonde et plus authentique,
  • Une plus grande liberté d’être,
  • Une meilleure aptitude à communiquer et à aimer.