L'aPPROCHE

Clics

L’ANDC® (Approche Non-Directive Créatrice) est une psychothérapie relationnelle qui favorise chez la personne l’ouverture de son monde émotionnel et lui permet d’agir en fonction de ses vrais besoins.

Rogers et Portelance

S’inspirant du concept de la non-directivité mis en lumière par Carl Rogers (1902-1987), Colette Portelance a créé l’ANDC® en 1989.

Cette approche aborde la personne dans sa globalité et se situe dans le sillage de la psychologie humaniste. C’est un processus d’harmonisation de la tête, du corps et du cœur. Il s’agit d’une approche thérapeutique relationnelle de nature affective, où le terrain d’échange entre thérapeute et patient fournit à ce dernier la possibilité de faire une expérience relationnelle positive et transformatrice qui l’aide à développer plus de maturité émotionnelle et d’autonomie.

L’ANDC® conduit à la connaissance de soi, à l’acceptation et au changement, dans le respect de son propre rythme et de ses fonctionnements. C’est un chemin vers une plus grande liberté,

plus d’autonomie et  de créativité.

COLETTE Portelance

Thérapeute en Relation d’Aide et pédagogue, Colette Portelance détient un doctorat en sciences de l’éducation de l’Université de Montréal et de l’Université de Paris.

Auteure et conférencière réputée, elle a créé l’ensemble des programmes de formation professionnelle du Centre de relation d’aide de Montréal inc. et de l’École internationale de formation à l’ANDC inc., dont elle est la cofondatrice.

Thérapeute chevronnée, elle a développé ses propres conceptions psychopédagogiques et psychologiques de la relation d’aide, qu’elle a élaborées dans la création d’une nouvelle approche: l’Approche non directive créatrice (ANDC), approche dont il est question dans ses nombreux ouvrages.

Spécialiste de la communication et des relations humaines, Colette Portelance est connue et reconnue pour son authenticité, son respect profond de la personne et sa grande capacité à favoriser l’exploitation des ressources personnelles et professionnelles.

LA THÉRAPIE EN RELATION D’AIDE

Dans son accompagnement, le thérapeute en relation d’aide formé à l’ANDC® doit faire preuve :

• d’une attitude ouverte, sans préjugé ni a priori, soit une manière d’être et de faire qui soit un encouragement continu à l’expression spontanée du client/patient,
• d’une attitude de non-jugement qui lui permette de l’accueillir sans critique, sans culpabilisation, ni conseils,
• d’une attitude de non-directivité qui donne au client/patient l’initiative complète dans sa présentation du problème, dans son itinéraire et dans son rythme d’évolution,
• d’une intention authentique de comprendre son client/patient, de découvrir son univers subjectif, c’est à dire de saisir les significations que la situation a pour lui,
• d’un engagement à entretenir avec son client une relation affectivement investie, c’est-à-dire où le thérapeute se donnera la liberté de vivre et d’exprimer ses propres émotions en lien avec son client/patient et où celui-ci pourra faire l’expérience d’une relation authentique, saine et transformatrice,
• de la capacité à assumer l’autorité requise à la conduite de la thérapie au niveau du « contenant », c’est à dire des règles qui entourent et encadrent le processus thérapeutique.

Par son attitude, son écoute et ses interventions, le thérapeute en relation d’aide accompagne son client/patient dans la reconquête du pouvoir sur sa vie. Celui-ci peut progressivement s’accepter et assumer la responsabilité de ce qu’il vit et de ses besoins.

Cette responsabilité psychologique (qui ne doit pas se confondre avec la notion de responsabilité morale ni de culpabilité) le conduit vers une liberté intérieure de plus en plus grande et vers son épanouissement.

Les membres de l’Association Européenne des Thérapeutes en Relation d’Aide selon l’ANDC® ont reçu, au minimum, une formation de base de 1250 heures et ont été diplômés, soit par le Centre de Relation d’Aide de Montréal®, soit par l’Ecole Internationale de Formation à l’ANDC®.

Les membres de l’AETRA-ANDC suivent un travail individuel de thérapie en relation d’aide pour eux-mêmes et sont supervisés régulièrement dans l’exercice de leur pratique. Ils poursuivent leur formation par des programmes de formation continue agréée par l’Association.

Les membres sont tenus à poursuivre leur formation soit en Europe, soit au Québec auprès du CRAM® (Centre de la Relation d’Aide de Montréal).

Vous trouverez dans l’annuaire les coordonnées des thérapeutes en relation d’aide membres de l’AETRA-ANDC.

Les formations complémentaires apportant des spécialités sont de la responsabilité de chaque thérapeute.

Elle a pour objet de traiter le mal-être que chacun peut rencontrer un jour dans sa vie.

Selon les personnes et les circonstances, ce mal-être se manifeste dans le domaine existentiel, affectif, sexuel, relationnel ou social.

Le travail du thérapeute en relation d’aide consiste à proposer à la personne, en fonction de sa situation spécifique et son désir de changement, des moyens qui vont lui permettre d’évoluer vers un état souhaité de mieux-être. Ainsi, la durée d’une thérapie peut varier de quelques semaines à plusieurs années. Le bon déroulement de la thérapie dépend également de la dynamique relationnelle qui se crée entre la personne qui consulte et le thérapeute en relation d’aide.

Il est donc important, avant de commencer une thérapie, de bien choisir son thérapeute et de se sentir en confiance avec lui.

Seuls les thérapeutes en relation d’aide ayant reçu la formation complète nécessaire et s’engageant à respecter le Code de Déontologie sont qualifiés pour accompagner un cheminement en relation d’aide.

Le thérapeute en relation d’aide, au cours d’entretiens qui ont lieu à intervalles réguliers, invite son patient/client :

• À parler de lui-même, de ce qu’il vit et de la manière dont il vit les événements de sa vie, à lui partager son histoire et ses expériences de vie,
• À laisser libre cours et à nommer son vécu (ses émotions, ses sentiments, ses résistances) relié aux événements de sa vie quotidienne comme celui qui surgit durant les entretiens avec le thérapeute.

Le thérapeute en relation d’aide reformule à son patient/client ses émotions, ses sentiments, ses souffrances psychiques, ses résistances, de façon à ce que celui-ci en prenne pleinement conscience.

Il lui reflète ses fonctionnements psychiques ainsi que les conséquences de ceux-ci dans ses relations à lui-même et aux autres.

Le thérapeute en relation d’aide participe pleinement à la relation et partage à son patient/client ce que lui-même vit par rapport à ce que lui partage son patient/client.

Par cet investissement affectif, le thérapeute vise à fournir à son patient/client l’occasion d’expériences relationnelles saines qui transformeront les affects négatifs qui sont à l’origine de ses fonctionnements relationnels mal adaptés et souffrants, en affects positifs.

Le thérapeute en relation d’aide par ses actions, accompagne son patient/client dans les différentes étapes du processus de changement créateur qui sont :

• La prise de conscience de lui-même
• L’acceptation de ce qu’il est
• La responsabilité (de ce qu’il vit, de ses besoins, etc.)
• L’expression de son monde intérieur, de ses émotions
• L’observation de soi dans ce processus de changement
• Le choix de mécanismes de protection
• Le passage à l’action créatrice

• Une meilleure connaissance de soi,
• La prise de conscience et l’acceptation de ses souffrances, de ses mécanismes de défense, de ses limites,
• La guérison progressive de blessures relationnelles anciennes,
• Un apaisement du mal-être psychique, de l’angoisse, de l’anxiété,
• Une plus grande responsabilité face à ses malaises, ses souffrances et ses besoins fondamentaux et donc plus de pouvoir sur sa vie,
• Une aide pour découvrir ses ressources, ses besoins fondamentaux et des moyens pour les satisfaire,
• Une relation à soi-même et aux autres plus profonde et plus authentique,
• Une plus grande liberté d’être soi-même,
• Une meilleure aptitude à communiquer et à aimer.